egotrip

Alors c’est ça, donc. 

Un éclat silencieux, un éclat de souffrance comme un diamant brut, ce connard d’éclat. 

Alors c’est ça, donc. 

Ça coupe le souffle en une note, une note silencieuse donc.

Va savoir à quoi ça sert d’aller au delà, y a des écorchures partout sur mon corps déjà. 

Alors c’est ça, donc. 

Je comprends maintenant pour quelles raisons les hommes lâchent prise. Où est-ce que ça s’arrête ? 

J’attends un stop, un putain de mot d’excuse de la vie. Ça finit par être ridicule de beauté. 

Et nos mères qui croient en nous, et nos mers de déception qui se déversent quoi qu’il advienne. A quoi bon, donc. 

C’est sombre n’est-ce pas, on en perdrait presque la tête. 

Les effluves de noirceur ne prennent jamais le large ? Elles doivent être épuisée à force. Je joue au loup avec elles, qui attrapera l’autre en premier. 

Me faites pas croire que vous êtes pareil, laissez moi au moins le narcissisme de me sentir unique ici même. Unique dans ma noirceur, unique donc. 

Deux personnes en une, deux entités je vous dis. Déjà qu’une on en sort pas toujours entier. 

Une devinette, qui suis-je aujourd’hui. Moi ou l’autre. Ou l’autre c’est peut être bien moi. Ne me dites pas que je suis les deux, j’ai pas la force ce soir de l’entendre. 

La main sur les yeux donc. Pas envie de la retirer. 

Y a pas de place pour les entités qui comptent les heures, celles qui souffrent dans un recoin humide. Y a pas de place pour les « ça en ai trop ». 

Faut pas. 

Chut tais toi. 

Pas le droit des dire « ça en ai trop ». 

Le courage c’est le sourire ? Ferme la. Ferme la ton onde sismique de morale. Viens je te donne les clés de mon être, passes voir quelques minutes comme c’est ici. 

Ah, tu vois donc. 

Pas de répit. 

Pas d’air. 

J’ai trouvé le répit dans un verre de vin rouge, triste vérité d’hier soir. Chut. Voilà juste chut. Je veux de l’enivrante et terrible soirée silencieuse. 

J’ai plus rien à prouver. 

Qui s’en sort comme moi avec ces liasses de douleurs ? 

Laissez moi mon narcissisme, j’ai dis. 

Aller donc. 

J’ai plus rien à prouver donc. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s