FEMINISME : Ouvrons les yeux

Cela fait quelques temps que je reçois de temps à autres des messages concernant mes mots, articles, blagues cyniques féministes sur mes réseaux.

Des messages comme : « Il faut arrêter de toujours en parler, nous sommes en France et ça n’existe presque pas. Ailleurs c’est bien plus grave. Soyons déjà content de ce que l’on a ».

 

2fe1a4715694174f083ff3087a54cb79 (1)

 

 

Aujourd’hui, je vais expliquer les raisons pour lesquelles, je pense qu’il est important de ne pas avoir ce genre de réflexions dans le monde actuel…

Le bilan en matière d’égalité femmes/hommes est clairement contrasté. Il est vrai que de superbes nouvelles voix féministes se sont élevées avec courage et vivacité ces derniers temps, les sportives sont bien plus visibles médiatiquement (avec encore des écarts de salaires…) que La Marche contre les violences sexistes et sexuelles du 24 novembre dernier a réuni à Paris 30.000 personnes, les mouvements #metoo et #balancetonporc qui ont vu le jour au delà des visions de chacun, je pourrais également citer des podcasts géniaux qui ont vu le jour et qui montent en puissance !  Pourtant, le sexisme est toujours là et bien là…

Alors, oui, effectivement l’on pourrait se dire que les choses avancent alors nous pourrions lever le pied. Nous pourrions nous dire qu’au vu de la misogynie extrème aux Etats Unis avec un président totalement sexiste ainsi qu’au Brésil, nous pourrions être fière de nos avancées Françaises.

Cependant, ouvrons les yeux, il est vrai que de nombreuses femmes et hommes sont plus ouvertement féministes et le disent, manifestent, témoignent mais c’est dans le quotidien que le changement est bien moins réel… Ouvrons les yeux, qu’est ce qui a vraiment changé dans les gestes du quotidien ?

Et quand bien même, l’évolution est grande, pour quelles raisons devrions nous stopper notre combat ?

Je rappelle juste que la honte doit encore changer de camp, que les hommes doivent encore évoluer sur leur écoute envers les femmes même si la remise en question est difficile et inconfortable, que nous les femmes, nous devrions agir et être dans l’action plus que de parler de nos expériences pour nous en défendre ainsi que nous soutenir.

En parlant de soutien, j’ai posté une photo sur Instagram avant hier où j’exprimais qu’elle avait beaucoup de sens pour moi, que j’apprenais à accepter mon corps et la vision que j’ai de lui. L’on m’a répondu à ce message que je n’avais pas le droit d’exprimer le fait que je me sentais mal dans ma peau parce que, je cite : « Tu ne pèse pas 90 kg ».

J’ai alors répondu à cette personne publiquement en lui expliquant que le fait de se sentir mal dans son corps venait d’un manque de confiance en soi. Que c’était majoritairement un aspect mental. Dire à une personne qu’elle ne peut pas se permettre de penser ou exprimer cela, c’est violent. La violence c’est de propager qu’à partir de 90 kg je pourrais alors ressentir un malaise. La violence c’est de continuer à prôner le fait que la femme ne doit pas montrer son corps sans culpabiliser de trop en montrer, la violence c’est que nous les femmes, sommes majoritairement dans un jalousie permanente des autres femmes qui montrent leur corps et nous nous permettons d’exprimer des jugements de valeurs si atroces et dénués de sens.

Cela aussi c’est un gros problème, combien d’entre nous nous positionnons comme des féministes engagées en se permettant de dire « Elle veut du sexe celle là à être toute nue », « Quelle pu*e », « Elle n’a pas froid aux yeux », « Je suis sure que c’est retouché ».

 

6d5b9ecd681f0d53f34f8b8da3dc8246

 

Au lieu de lutter pour que notre corps arrête d’être autant sexualisé, nous continuons en majorité à envoyer de la haine ! Alors posons nous les bonnes questions, qu’est-ce qu’il se passe en nous pour déverser autant de mal être et de haine envers d’autres femmes et leur corps ?

Le féministe, je crois que ce n’est pas que lutter contre ceux qui ne le sont pas, c’est aussi se poser les bonnes questions par rapport à soi même et ses propres actions.

 

Jeanne

 

 

 

 

Un commentaire

  1. ninnieengoguette

    Quand j’entends ce genre de réflexion « en France c’est pas le pire » ou « estime toi heureuse », je sens monter la colère en moi. Je pense qu’à travers nos paroles féministes, nos actions et revendications, on ne se bat pas juste pour nous mais pour toutes les femmes. Oui c’est bien pire dans d’autres pays et même si on peut sentir une amélioration pour sa propre personne, on ne s’arrêtera pas là.
    Et pour ce qui est des réflexions pour nous dire qu’on a pas à dire ça parce qu’on est pas si mal lotie ou qu’on ne peut pas comprendre, j’avoue que je ne comprends pas… Chacun a le droit de dire et de penser ce qu’il veut. Chacun a le droit de ressentir son malheur et de s’en sortir comme il peut.
    J’en entends souvent des gens qui me disent : « toi t’as pas à te plaindre, t’es mince ». Ils pensent me flatter en disant ça, mais ils ne savent pas que pour moi c’est une souffrance, le résultat d’une dépression, la peur de maigrir au point d’arriver à l’hôpital et le malaise de me sentir prisonnière d’un corps d’enfant. Alors oui, être en surpoid n’est pas quelque chose de facile, mais l’inverse l’est tout autant. La confiance en soi peut toucher beaucoup de gens (et se retranscrit souvent sur le physique), et c’est de plus en plus le cas, donc ne nous en rajoutant pas une couche en jugeant alors qu’on ne sait pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s